Délégationde Vendée

Construire ensemble demande des ajustements

60 personnes en pleine réflexion à Vannes sous l’animation de Nathalie, animatrice en Vendée

Le Conseil d'animation national - CAN, à Vannes en janvier 2019

Cette réflexion n’est pas nouvelle chez nous où le renouvellement très rapide des présidents locaux par exemple, tous les 3 ou 6 ans, ne permet pas vraiment la prise de pouvoir. Mais deux éléments ont accéléré notre démarche : tout d’abord notre projet national voté en 2016 qui affirme que la prise en compte des savoirs des personnes en précarité est fondamentale pour lutter efficacement contre la misère et l’exclusion et qu’il faut donc renforcer le pouvoir d’agir de ces personnes ; deuxième élément : la lettre du pape au peuple de Dieu qui met en garde contre toute forme d’abus de pouvoir sachant que nous, association, nous ne sommes pas à l’abri de ce cléricalisme fortement dénoncé par le pape.

L’enjeu de ce conseil d’animation national réunit à Vannes est donc d’organiser, concrètement, la place des personnes qui ont l’expérience de la précarité dans toutes nos instances, à tous les niveaux , depuis l’équipe locale jusqu’à conseil d’administration et à l’AG. Mais il y a des conditions à cela : il faut vaincre les résistances car l’idée qu’une personne qui a vécu des années à la rue a beaucoup de choses à nous enseigner n’est pas forcément naturelle chez tous nos bénévoles ; il faut donc expliquer, expérimenter, former, accompagner, évaluer...

Des bonnes pratiques existent déjà et parfois l’alliance entres les personnes accueillies, salariés ou bénévoles se vit naturellement et depuis longtemps. Il faut valoriser ces expériences et dans d’autres lieux identifier les freins et résistances... Un chantier passionnant et porté avec enthousiasme par le conseil d’ animation national. Et bien sûr ce conseil vit déjà la gouvernance partagée puisque il est composé d’un tiers de bénévoles ou salariés en responsabilite d’animation, un tiers de membres des bureaux et un tiers de personnes ayant l’expérience de la pauvreté. Cela va de soi, mais dans la pratique c’est assez bousculant car penser ensemble, construire ensemble demande des ajustements, des méthodes de travail innovantes, au rythme de chacun et surtout des plus fragiles. Mais avec beaucoup d’écoute et d’attention à l’autre, un conteur breton le soir et un peu de cidre à midi on fait des pas de géant !

Ecouter Véronique Fayet, présidente nationale du Secours catholique sur RCF

Imprimer cette page

Portfolio

Vendée