Délégationde Vendée

Le père Maurice Bretaudeau est décédé

« Le père Bretaudeau laisse un souvenir encore bien vivant dans de nombreux endroits de Vendée et en particulier au Secours Catholique, rue de Gaulle à La Roche-sur-Yon. »

Le père Maurice Bretaudeau.

publié en décembre 2018

« Notre diocèse ne reconnaît pas assez ces jeunes dont personne ne veut. Les cas sociaux feraient-ils peur à l’Église ? »

Cette interrogation constante du père Maurice Bretaudeau résume le sens de son action durant son ministère et sa vie.

Que ce soit auprès des jeunes en difficulté sociale, des personnes handicapées, de leurs parents, des salariés et éducateurs des établissements, des bénévoles associés, l’aumônier du Secours Catholique de La Roche-sur-Yon a marqué ce demi-siècle de son empreinte.

Dès 1963, assurant le secrétariat de l’OAV (Œuvre de l’adoption de Vendée), Maurice Bretaudeau est le principal interlocuteur de la DASS. Avec la création d’une section pour adolescents sortis des orphelinats de Curzon et du Sableau, il ouvrait Les Lauriers, puis l’AIZI pour les filles à La Roche-sur-Yon. L’OAV deviendra « Vendée amitié » en 1972 et organisera de nombreux camps de jeunes dans les Pyrénées.

Aumônier de l’Hôpital Sud d’octobre 1980 à octobre 2002, soit pendant vingt-deux ans, Maurice Bretaudeau en assure avec des bénévoles l’animation. Les malades viennent à l’aumônerie se confier en dehors de leur lieu de soin, il rompt avec un style d’aumônerie « intra-muros », suivant en cela les orientations de la psychiatrie moderne : accompagner à l’extérieur les personnes hospitalisées à domicile.

La retraite ? Pas si vite

Résident à la résidence du Cardinal Billé, à La Roche-sur-Yon, Maurice Bretaudeau poursuit ses engagements au Secours Catholique, à l’Étoile (lancée en 1972), à la Halte (1983) et dans les divers foyers de jeunes créés et actifs, au logis La Pacifique pour les familles sans vacances à La Tranche-sur-Mer.

Combien de personnes, venant chercher un réconfort, seront passées par l’aumônerie de la rue de Gaulle ? Avec les bénévoles du Secours Catholique yonnais, Maurice Bretaudeau accueille les personnes sorties de la structure asilaire aux cours des « dimanches conviviaux », étendant cet accueil aux isolés sans soutien des quartiers. Monseigneur Garnier appuiera ces actions, en y participant, nous sommes en 1987.

L’errance se multipliant, c’est aussi avec le Secours Catholique et Emmaüs que la Halte est lancée en novembre 1983, ainsi que le ramassage de denrées précédant celui de la Banque alimentaire.

Le dernier Synode (1965) fut l’occasion pour l’abbé Bretaudeau de marteler : « les cas sociaux sont là et appellent l’Église de notre temps ». Conscient que les chantiers qu’il a ouverts et balisés pour le bien des jeunes seront pour certains poursuivis, pour d’autres abandonnés, il œuvre au sein de la FNARS, sur des dossiers de type institutionnel.

Une réflexion qui l’amenait à souligner qu’à « époques nouvelles, besoins nouveaux » et que ce sont sur ces nouveaux chantiers que les chrétiens sont attendus. N’a-t-il pas aidé le Centre Énergie qui accueille « les enfants des rues » d’Antananarivo ?

À l’aube de ses 80 printemps, en présence de 300 fidèles et amis, le père Maurice reçoit les insignes de chevalier de la Légion d’honneur des mains de celui qui l’avait sollicité pour être secrétaire de l’Œuvre de l’adoption et aumônier des jeunes défavorisés, monseigneur Hubert Barbier, archevêque de Bourges.

À l’âge de 87 ans il entrera à la maison de retraite du Landreau aux Herbiers, le 24 avril 2013, accueillant avec la même gentillesse ceux qui venaient le voir, s’intéressant toujours aux fonctionnements des institutions avec ceux qui lui ont succédé.

Pleinement intégré à la maison de retraite, il y rencontre des prêtres avec lesquels il a œuvré comme l’abbé Jean Buffet des Oyats. C’est avec l’esprit que tous lui reconnaissent qu’il se mettra au service de toute la communauté, faisant de la prière son socle inébranlable.

Né à Cugand le 12 mars 1926, le père Maurice Bretaudeau y repose désormais, entouré de sa famille. Ses amis lui ont rendu un vibrant hommage lors de sa sépulture, le 28 novembre 2018.

Imprimer cette page

Portfolio